Mobilité électrique : le manque d’infrastructure est un frein selon Qualifelec

Ville Intelligente Mag Ville Intelligente Mag - il y a 3 mois

Des disparités géographiques subsistent, les points de recharge se concentrant surtout en milieu urbain (Photo Adobe Stock)

La prise de conscience écologique et la hausse des prix des carburants poussent de plus en plus d’automobilistes vers la voiture électrique, notamment ceux qui effectuent des parcours plutôt urbains. Mais, si la plupart effectue la recharge depuis leur domicile ou leur lieu de travail, le développement d’un véritable réseau de bornes de recharge ouvertes au public, reste un problème majeur selon l'Association professionnelle et technique de qualification des entreprises du génie électrique et énergétique : Qualifelec. Décryptage…

Depuis le début de l’année, les carburants sont répartis à la hausse. Même si les voitures consomment moins qu’il y a quelques années, force est de constater que le carburant ampute sérieusement le budget des ménages, sans compter la pollution qu’engendre tous ces véhicules en circulation au coeur des villes et abords.

Si la gamme s’étoffe, la plupart des constructeurs proposant au moins un modèle électrique, hybride ou rechargeable. Si les plus sensibles aux problèmes environnementaux peuvent donc acquérir le modèle qui leur convient, les infrastructures ne suivent pas toujours et notamment les bornes de recharge publiques. « Si le principal lieu de recharge des voitures électriques est le domicile ou leur lieu de travail le développement d'un réseau de bornes de recharge ouverts au public reste un enjeu majeur » souligne l’association Qualifelec, dans un communiqué. Selon la dernière enquête IPSOS Avere-France / Mobivia (2018), le manque d'infrastructures de recharge constitue un frein à l'achat d'un véhicule électrique pour 22% des sondés.

Et Qalifelec connaît le sujet, puisque cette dernière à mis en place un programme vérifiant le compétence des constructeurs et installateurs, en application du décret du 12 janvier 2017 sur la qualification des installateurs de bornes de recharge.

« Mais le développement de la mobilité électrique pose aussi des questions en termes de gestion des réseaux, et ouvre des perspectives en termes de commerce de l'électricité en peer-to-peer et de smart grids », poursuit l’association.  « Et si, demain, les véhicules électriques constituaient une opportunité pour le système électrique et contribuaient à l'alimenter ? » 

Dans un rapport intitulé « Produire en France les automobiles de demain[1]  » rendu public le 13 février dernier, le Gouvernement annonce un plan d'accélération du déploiement de bornes de recharge électrique qui concerne à la fois le domicile des particuliers, le travail, et les accès publics. A domicile, il s'agit notamment d'améliorer le droit à la prise en copropriété en vue de diviser par 2 le délai d'installation. Concernant les lieux de travail, le gouvernement souhaite simplifier la mise à disposition de points de recharge par les entreprises à leurs salariés en ouvrant, dès 2019, la possibilité d'offrir ce service gratuitement. 

Yannick SOURISSEAU

Source : https://www.villeintelligente-mag.fr/Mobilite-electrique%C2%A0-le-manque-d-infrastructure-est-un-frein-selon-Qualifelec_a684.html

Partager

Laisser un commentaire :