Comment le transport pèse sur le budget des ménages français

Le Dauphiné Le Dauphiné - il y a 3 mois

Plus l'agglomération est petite et faiblement peuplée, plus la somme dédiée au transport, et surtout à la voiture, est importante, selon l'Insee. Photo d'illustration Julio PELAEZ

Les résultats de l'enquête de l'Insee sur les comportements de consommation des Français montrent que le transport pèse particulièrement lourd sur le budget des ménages, devant l'alimentation et le logement.

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a dévoilé ce mercredi son enquête 2017 sur les comportements de consommation des ménages.

Premier enseignement : en euros constants, les Français ont dépensé autant d'argent en 2017 qu'en 2011, soit 34 000 euros de biens et services.

En regardant de plus près, on observe qu'en moyenne, 18% de ce budget est consacré au transport (tous déplacements confondus). Soit bien plus que pour l'alimentation ou le logement. Mais il existe des disparités géographiques.
Ainsi, le budget transport recule en même temps que la taille de l'unité urbaine où il habite augmente. Autrement dit, les Français vivant dans les grandes villes dépensent moins (16% de leur budget total) pour se déplacer que ceux qui habitent à la campagne (21%).

Jusqu'à 150 euros par mois pour se rendre au travail
En 2017, les ménages résidant en milieu rural ont investi 7 000 euros en moyenne pour le transport, quasi exclusivement (90%) pour leur voiture et les frais qui s'y rapportent (acquisition, entretien, carburant) alors que les "urbains" ont plus souvent recours aux autres modes de transports (en commun, train, avion...).

L'étude réalisée par l'Insee fait écho à celle de la plateforme "RegionsJob", qui s'est intéressée au montant consenti par les salariés pour se rendre au travail.

Et là encore, plus on s'éloigne des grandes villes, plus la somme devient importante. Si à Paris et dans les villes de plus de 100 000 habitants, il faut compter entre 50 et 100 euros pour le trajet domicile-travail, on atteint quasiment le double (100 à 150 euros) dans les villes de moins de 20 000 habitants.

Source : www.ledauphine.com

Partager

Laisser un commentaire :