100 millions d’euros pour être à plus dans le bus

L'Est Républicain L'Est Républicain - il y a 5 mois

La musique au sein du nouveau réseau de bus de l’agglomération se veut cadencée, en lien avec une plus grande fréquence de passages, et qualitative avec un parc de véhicules neufs. Photo ER

Le nouveau réseau de bus, lancé concrètement cette semaine, vient d’être officiellement inauguré. L’achèvement d’un chantier de six ans à 100 millions d’euros porté par l’Agglomération dont l’objectif, avec un meilleur, service, est d’attirer plus de voyageurs.

Il est des choses, comme ça, qu’on enterre avec plaisir.

Ce samedi, à l’occasion de l’inauguration du nouveau réseau de bus de l’agglomération à 72 communes, quatre décennies d’histoire ont été balayées pour mieux se projeter dans l’avenir. C’en est donc terminé de la CTPM, comme Compagnie de transport du pays de Montbéliard. Place, désormais, à EvolitY, du nom de la nouvelle appellation du réseau du bus qui maille le territoire. Voilà qui vient couronner un chantier à près de 100 millions d’euros qui aura impliqué six ans de travaux.

De 10 à 100 millions d’euros
Un projet certes lancé sous l’ancienne majorité de gauche à Pays de Montbéliard Agglomération (PMA), mais dont l’origine trouve ses fondements encore auparavant, lorsque Louis Souvet présidait à la destinée de la collectivité.

Au départ, « ce projet initié pour un coût de 10 millions d’euros pour une seule ligne sud-nord de dix bus à haut niveau de service (THNS) », comme le rappelle le président LR de PMA, Charles Demouge, est devenu un dossier à 100 millions. Un dossier repris par la droite lors de sa prise de pouvoir en 2014. Et dont le montant correspondait à l’ambition du successeur de Louis Souvet à la tête de PMA, le socialiste Pierre Moscovici. Mais ce n’est pas l’actuel commissaire européen, et pas plus Jacques Hélias qui lui succéda lorsque ce dernier démissionna en 2012 pour devenir ministre de l’Économie, que Charles Demouge retient. « Il faut remercier Marcel Bonnot (patron LR de l’Agglo entre 2014 et 2015, NDLR) car il a su, pour une même enveloppe de 100 millions, passer d’une ligne THNS à quatre lignes irriguant le cœur de l’agglomération et la desserte vers l’hôpital (médian) et la gare TGV, et en plus renouveler notre parc de bus de 65 % avec l’achat non pas de 10 mais de 45 nouveaux véhicules ».

Eh oui, l’héritier Charles Demouge, probable candidat à sa succession l’an prochain, préfère valoriser l’action de la droite aux affaires depuis cinq ans désormais. Ravivant la bataille politique qui s’est jouée autour d’un projet naguère dénommé Cadencité. Et qui fut un argument de campagne, notamment pour Marie-Noëlle Biguinet (LR) dans sa course (réussie) à la mairie de Montbéliard.

Le projet dont les premiers travaux débutaient en 2014 fut stoppé après le changement de majorité à PMA. De sorte à prendre la forme qu’il a aujourd’hui.

Ce samedi, à l’heure des discours, il était question d’un satisfecit général. Chacun souhaitant un plein succès à EvolitY. Peut-être que le consensus se brisera au fur et à mesure que se rapprocheront les municipales de 2020.

Reste que le juge de paix restera celui-ci : EvolitY permettra-t-il, puisque tel est l’objectif, d’attirer plus de voyageurs dans les transports en commun ? Or, pour répondre à cette question, il faudra un peu de recul.

Sébastien MICHAUX

Source : www.estrepublicain.fr

Partager

Laisser un commentaire :