L’Ademe stimule la transition énergétique des entreprises franciliennes

L'Usine Nouvelle L'Usine Nouvelle - il y a 1 mois

L'Ademe soutient l'économie circulaire et notamment les déchets des chantiers. © O.C.

Des centaines d’entreprises ont bénéficié du soutien du Programme d’investissement d’avenir (PIA) de l'Ademe (agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). L’agence en a financé plusieurs dizaines en Île-de-France pour stimuler l’innovation au service de la transition énergétique. Bilan.

L'’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a financé entre 2010 et 2019 via les Programmes d’investissement d’avenir (PIA) 218 projets en Île-de-France. Soit une aide totale de 744 millions d’euros dont 282 millions d’euros de subventions sur un coût total de deux milliards. Pour un effet levier moyen supérieur à 2,6.

"Nous soutenons financièrement les projets des PME à hauteur de 200 000 à 300 000 euros, précise Michel Gioria, directeur régional de l’Ademe pour l’Île-de-France. Et il est supérieur à 1 million d’euros pour les grandes entreprises."

Une solution de réemploi pour les batteries Li-Ion

Sur l’économie circulaire et les déchets, l’Agence a financé, au titre de l’appel à projets "Initiative PME" et du concours d’innovation, 14 projets portés par des PME, TPE et start-up pour trois millions d’euros dont 2,7 millions de subventions. Parmi les projets lauréats, on retrouve Carwatt, une solution de réemploi pour les batteries Li-Ion, DiGest_BTP, une plate-forme de digitalisation de la gestion de déchets de chantier développée par la société Verteego ou Modulo+ une solution de méthanisation modulaire pour le traitement local de biodéchets, initiée par Tryon.

Une remorque électrique pour vélo

Mais ce sont les PIA "Mobilités et logistique" qui monopolisent la majorité des financements avec 17 millions d’euros (16 millions de subventions) pour 53 projets.

On retrouve une application smartphone d’autostop connecté, Ouihop développée par Smart Autostop ; l’industrialisation d’un moteur Whiite à récupération de gaz chaud pour camion inventé par H2P Systems ; une solution de tracking pour les vélos électriques (Co e-bike Route par Connected Cycle) ; ou K-Ryole, une remorque électrique pour vélo qui adapte sa vitesse automatiquement au déplacement du vélo pour éviter tout effet lorsque vous transportez des charges jusqu’à 100 kg.

Des cadres réglementaires décentralisés

L’Ademe soutient d’autres initiatives comme les Quartiers d’innovation urbaine, la plate-forme d’économie circulaire de Paris&Co, mais propose aussi aux TPE-PME une analyse des flux dans l’entreprise. En Rhône-Alpes, ces audits ont permis d’économiser 3 millions d’euros en 18 mois dans 49 entreprises. En Île-de-France, l’opération est encore balbutiante. Pour aider les petites entreprises franciliennes à exporter, l’Ademe a lancé un annuaire sur le mode de l’auto-référencement.

Les aides de l’agence ne sont pas toujours couronnées de succès. "Un tiers des entreprises que l’on soutient connaissent un échec, reconnait Michel Gioria. Un taux assez classique."

Mais il faut aussi changer la manière de soutenir les entreprises, milite le directeur francilien de l’Ademe qui rappelle qu’en Allemagne et au Japon, "les stratégies sont plus pointues et orientées sur un secteur avec un soutien financier massif." En France, il est aussi plus difficile d’expérimenter les technologies nouvelles souvent en raison du cadre réglementaire. Il faut donc développer une culture autour de l’expérimentation de la transition énergétique.

Il faut aussi décentraliser les règles. "Sur la rénovation thermique, les besoins ne sont pas les mêmes à Lille et à Marseille. En Allemagne, les Länder ont la possibilité de légiférer", conclut-il. 

OLIVIER COGNASSE

Source : https://www.usinenouvelle.com/article/l-ademe-stimule-la-transition-energetique-des-entreprises-franciliennes.N842845

Partager

Laisser un commentaire :