Loi d’orientation des mobilités (LOM) : les autocaristes font part de leurs « plus vives inquiétudes

Le Quotidien du Tourisme Le Quotidien du Tourisme - il y a 5 mois

La Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV) tient à faire part des plus vives inquiétudes des entreprises de transports suite à certaines dispositions adoptées par la Commission du développement durable de l’Assemblée nationale avec l’accord du gouvernement.

La FNTV alerte sur les fausses bonnes idées et la multiplication des contraintes pesant sur les entreprises qui peuvent aller à l’encontre de la sécurité, entravent l’exploitation des services de transports et mettent en péril l’équilibre économique des entreprises et la pérennité des emplois.

En premier lieu, l’obligation d’équiper tous les autocars neufs de systèmes permettant d’emporter au minimum cinq vélos non démontés, adoptée par le Sénat contre l’avis du gouvernement, a été validée par les députés avec le soutien du gouvernement.

La FNTV soutient les initiatives en faveur de l’intermodalité et des mobilités douces, les collectivités et les transporteurs proposant de plus en plus aux passagers des solutions pour voyager avec leur vélo. Toutefois, une obligation généralisée de cet emport implique la renégociation de tous les contrats publics en vigueur aujourd’hui. En termes de sécurité, l’ajout d’un équipement à l’arrière du véhicule peut entraver l’issue de secours arrière et l’accès au moteur. Enfin, les normes internationales fixant la longueur maximale admise en circulation ne permettent pas l’ajout de porte-vélos sur un grand nombre de véhicules.

Par ailleurs, le projet de loi prévoit une obligation d’équipement des autocars, hors lignes régulières, de GPS pour signaler la présence d’un passage à niveau. La FNTV est favorable aux initiatives visant à la sécurisation des franchissements des passages à niveau. Elle a d’ailleurs été à l’origine de la création d’un groupe de travail de l’Etat sur cette problématique qui a formulé de nombreuses propositions efficaces. L’obligation d’équiper tous les véhicules de transport collectif en GPS alors que moins de 20% du parc emprunte un passage à niveau, ne répond pas à l’objectif visé et pourrait même être source de distraction pour le conducteur et donc dangereux en termes de sécurité routière.

La FNTV souhaite appeler l’attention des pouvoirs publics sur l’importance de bien peser techniquement les avantages et inconvénients en termes de sécurité de toute nouvelle obligation d’équipement qui pourrait se révéler dangereuse pour la sécurité ou très couteuse et inefficace. A ces inquiétudes fortes pour la profession, certains députés souhaitent ajouter d’autres obligations : détecteurs d’angles morts, balisage lumineux des issues de secours, dispositifs automatiques d’ouverture des trappes de toit des véhicules. La profession appelle le gouvernement et le parlement à faire preuve de discernement à l’occasion de l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale à partir du 3 juin afin de ne pas pénaliser des professionnels garants de la sécurité des passagers qu’ils transportent.

La FNTV se félicite néanmoins de quelques avancées importantes et très attendues par les professionnels pour favoriser l’emploi dans le transport routier de voyageurs qui connaît actuellement une grave pénurie de conducteurs : possibilité de décaler les horaires d’entrées et sorties des établissements scolaires, création d’un transfert automatique des salariés en cas de changement d’attributaire d’un marché public, engagement de la ministre d’abaisser l’âge d’accès à la profession…

Laurent Guéna

Source : http://www.quotidiendutourisme.com/transport/loi-dorientation-des-mobilites-lom-les-autocaristes-font-part-de-leurs-plus-vives-inquietudes/187073

Partager

Laisser un commentaire :