Le Mans. Les Manceaux curieux de découvrir leur futur bus à hydrogène

Le Maine Libre Le Maine Libre - il y a 4 mois

Le bus à hydrogène est parti de la place Aristide-Briand pour se rendre place de la République. Jonas POUCLET.

En ce jour de pesage des 24 Heures, ce lundi 10 juin 2019 la ville en a profité pour présenter son futur bus à hydrogène, livré en novembre prochain. Les Manceaux se sont montrés intrigués.

Une présentation pluvieuse présage-t-elle d’un avenir heureux ? Lundi 10 juin, en fin de journée, les Manceaux ont découvert leur futur bus à hydrogène. Malgré la pluie tombée au départ de la Préfecture vers la place de la République, les Manceaux semblaient curieux de découvrir leur futur moyen de transport collectif. Première remarque, le bus est silencieux lorsqu’il roule.

Un exemplaire de 10 m de long, celui livré en novembre fera 12,5 m
À peine le bus garé place de la République, les gens se pressent pour avoir la chance d’être les premiers à monter dans cette version plus petite (10 m au lieu de 12,5 m) que celle livrée en novembre. Conçu et fabriqué par Safra Constructeur, l’entreprise basée à Albi a fourni ce modèle pour la semaine puisque le bus sera visible toute la durée des 24 Heures.

Les parapluies encore ouverts, ils sont nombreux à patienter avant d’entrer par la porte du milieu pour visiter ce bus des temps modernes. Aude, Mancelle, en sort avec son fils, Timéo. « Je me pose une question : comment les gens vont faire avec les poussettes ? Pareil pour les personnes en fauteuil roulant ? Je le trouve un peu étroit et ça me semble compliqué de circuler pour eux. Mais sinon, il est très bien. » Qu’elle se rassure, tout a été calculé en ce sens. Simplement, le bus est différent de ceux qui composent le parc de la Setram. Les habitudes se feront avec le temps. « Il est bien aménagé, ça a l’air spacieux pour s’installer », estime Philippe après son petit tour des lieux.

Les jeunes se jettent dans la partie arrière surélevée
Les sièges sont occupés pendant de longues minutes, chacun veut tester le confort. Un agent de la Setram demande de ne pas trop traîner sur place afin de permettre au plus grand nombre de le découvrir. À l’intérieur, impossible de ne pas remarquer la partie surélevée située au fond. « Les jeunes adorent, ils se jettent à l’arrière en entrant », remarque Laurence, agent de la Setram chargée, avec d’autres, de répondre aux questions des curieux.

« Dans l’ensemble, ils veulent savoir pourquoi l’hydrogène ? Comment ça marche ? », raconte encore Laurence. Le bus fonctionne à hydrogène, avec des ballons installés au-dessus des têtes des passagers. Des batteries sont positionnées sous la partie surélevée, à l’arrière.

« Sur quelle ligne ? »
Selon Laurence, « la question numéro un est : sur quelle ligne ils vont le mettre en service ? Mais ça, on ne le sait pas encore. » À peine le temps de se retourner qu’un monsieur l’interpelle pour lui demander la ligne de ce futur bus…

La question sur l’autonomie revient aussi en boucle. « Avec 300 km, il répondra sans problème à nos besoins », assure-t-elle. Un autre homme est surpris d’apprendre la livraison du bus à hydrogène dans les prochains mois. Elle est prévue en novembre 2019.

Jonas Pouclet

Source : www.lemainelibre.fr

Partager

Laisser un commentaire :