Bus à hydrogène: les Palois conquis par Fébus !

AQUI ! | Aqui.fr - Partageons l'information en Nou AQUI ! | Aqui.fr - Partageons l'information en Nou - il y a 2 mois

06/09/2019 | Bien qu'ils n'aient pas pu monter à bord, Fébus, a visiblement taper dans l'oeil de ces futurs usagers. D'autant plus satisfaits, pour la plus part, qu'il ne polluera pas l'air palois.

Ce 6 septembre, en fin de matinée, le petit attroupement place Verdun à Pau, avait tout d'une inauguration : soleil, estrade, badauds venus nombreux, personnalités politiques locales, série de discours... Mais l'évènement du jour n'était qu'une première étape d'une inauguration à venir. Il s'agissait de la première présentation aux palois du Fébus, le bus à haut de services fonctionnant à l'hydrogène, qui d'ici la fin 2019, parcourra la ville en site propre. Mais, une fois dévoilé, interdiction, ce vendredi, de pénétrer à l'intérieur... Une petite mise en scène assumant un brin de frustration qui n'a pour autant pas refroidit l'enthousiasme des nombreux curieux venus découvrir celui dont on parle depuis si longtemps à Pau.

« Ils avaient dit que c'était impossible, alors nous l'avons fait », voilà en quelques mots, traduit l'état d'esprit de Nicolas Patriarche, Président de Pau Béarn Pyrénées Mobilités et de François Bayrou, ce vendredi en fin de matinée, pas peu fiers de dévoiler au coté des autres partenaires financiers et techniques du projet, le nouveau Bus à Haut Niveau de Service de l'agglomération paloise : Fébus, ses 18 mètres de long et son moteur à hydrogène. « C'est la première fois au monde qu'une pile à hydrogène est intégrée dans un bus de cette taille. Ce qui d'ailleurs attire sur nous les regards de beaucoup de villes notamment scandinaves, mais aussi de la côte ouest américaine ou encore chinoises !», a ainsi souligné le maire et président de l'agglomération paloise François Bayrou.

Et pour cause, à l'heure où le sujet de la pollution et d'une moindre émission de gaz à effet de serre est plus que crucial, la pile à hydrogène qui produit de l'électricité en se basant sur le principe de l'électrolyse, répond à l'exigence d'une énergie propre (puisqu'elle n'émet aucune émission polluante) et durable. D'autant plus qu'à Pau, l'hydrogène sera produit au dépôt de bus grâce à un électrolyseur, à terme, alimenté par des panneaux solaires, promet le Maire.


"Magnifique, vraiment superbe!"

Outre l'enthousiasme des officiels à la tribune, dont le Directeur de cabinet du préfet des Pyrénées-Atlantiques, ou encore Bernard Uthury en représentant de la région, l'heure était aussi à l'admiration dans les yeux du public, tenu près d'une heure en haleine, devant un bus bâché.

Venue tout exprès pour l'évènement parce qu'elle était « curieuse de pouvoir découvrir ce nouveau bus », Maria est particulièrement flattée que les autorités aient pensé à faire cette présentation au public avant sa mise en service, « c'est un honneur » dit-elle. Côté design en tous cas, elle n'est pas déçue : « Je le trouve magnifique, vraiment superbe ! ».

Mais si elle est visiblement séduite par l'objet qu'elle s'applique à photographier avec son téléphone, les discours sur le véhicule propre ne la touchent pas beaucoup... L'arrivée d'un nouveau mode de transport dans la ville, lui fait même craindre « un risque supplémentaire d'accident. Puisqu'il roule à l'électricité, il risque de ne pas être très bruyant... ce sera de nouveau réflexe à prendre en traversant... », s'inquiète t-elle.


"Ont-ils pensé aux personnes handicapées?"


A l'inverse, pour Claude, venu en voisin, et un moment collé à la vitre teintée pour essayer de deviner le design de l'aménagement intérieur d'un bus qu'il trouve « très beau », « c'est vraiment le top un transport qui ne pollue pas !». Mais, à l'aube de ses 81 ans, et appartenant à « une génération où les innovations se sont succédées à une vitesse incroyable » , un détail l'inquiète en examinant le bas des portes du nouveau matériel :« Je ne sais pas s'il ont pensé aux personnes handicapées... ».

Bonne nouvelle, la société belge Van Hool, spécilisée dans la construction des bus à hydrogène, et le designer du Fébus Julien Gaubert ont en effet non seulement pensé à un bus qui soit grand, beau mais aussi accessible à tous en l'équipant d'une rampe d'accès au niveau de sa porte avant. De même que les quais au niveau des 14 stations qui jalonnent le parcours. Les parents et leurs poussettes eux aussi apprécieront... Et pour les potentiels souci d'embouteillage au niveau de la porte avant auxquels songent d'ores et déjà Claude, les usagers du Fébus seront autorisés à monter par toutes les portes, contrairement aux autres bus palois.


D'autres temps de visite, extérieur et intérieur


Visible jusqu'en milieu d'après-midi sur la place Verdun, les palois n'ont désoramis qu'à patienter quelques petits jours avant de pouvoir découvrir l'intérieur du bus. En effet, exposé à la Foire de Pau de 14 au 22 septembre, tous les visiteurs pourront (enfin) monter à bord, et découvrir l'esthétique en partie en cuir et en bois des aménagements intérieurs...

D'autres temps de visite vont également être organisés le 25 septembre au Palais Beaumont, en marge d'une conférence sur la transition énergétique, ainsi que du 26 au 29 septembre au square Aragon dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité, en partenariat avec l'Assocaition Ecocène. Outre des visites du bus elle proposera des ateliers permettant de découvrir l'hydrogène et le fonctionnement du bus.

Quant à la suite du calendrier, la station hydrogène sera inaugurée le 19 septembre, et la mise en route effective de ce bus pas comme les autres sur sa ligne F reliant la gare de Pau au pôle santé, est prévue « fin novembre début décembre », estimait ce matin François Bayrou.


L'info en plus: Côté chiffres, le projet, porté par Pau Béarn Pyrénées, s'élève à un coût de 74M€, subventionné à hauteur de 17,7M€ par l'Etat, l'Europe, l'Agglo, la ville de Pau, la Région et le Département. En détails, la flotte des 8 véhicules et la station hydrogène représentent un investissement de 13 M€, et les travaux lié au tracé s'élève à hauteur de 55M€ ; le reste de l'enveloppe (6M€) est constitué de « coûts annexes ».




Par Solène Méric

Source : http://www.aqui.fr/societes/bus-a-hydrogene-les-palois-conquis-par-febus,18981.html

Partager

Laisser un commentaire :