Hydrogène : perspectives pour les énergies renouvelables

Connaissance des énergies : infos pétrole,énergie Connaissance des énergies : infos pétrole,énergie - il y a 9 mois

Près de 95% de la production mondiale d’hydrogène est actuellement générée à partir de combustibles fossiles (l’hydrogène est dans ce cas souvent dit « gris »). Les émissions de CO2 associées à cette production équivaudraient à celles de l’Indonésie et du Royaume-Uni combinées selon l’Irena (International Renewable Energy Agency).

Près de 95% de la production mondiale d’hydrogène[1](1)[2] est actuellement générée à partir de combustibles fossiles (l’hydrogène est dans ce cas souvent dit « gris »). Les émissions de CO2 associées à cette production équivaudraient à celles de l’Indonésie et du Royaume-Uni combinées selon l’Irena (International Renewable Energy Agency)[3](2)[4].

Dans ce rapport en anglais publié le 25 septembre, l’Irena rappelle ainsi que le potentiel du vecteur hydrogène pour décarboner certains usages(3)[5] dépend au préalable de la manière dont il est produit. L’Agence y évoque les conditions de développement(4)[6] de la production d’hydrogène dit « vert » (produit par électrolyse en utilisant de l’électricité d’origine renouvelable)(5)[7] mais aussi « bleu »(6)[8] (produit à partir de combustibles fossiles mais en y associant un dispositif de capture et de stockage du CO2[9]).

L’Agence fait entre autres état de « synergies importantes » existant entre la production électrique intermittente d’unités de productions renouvelables et l’hydrogène : ce vecteur « semble sur le point de devenir la solution la moins coûteuse pour stocker de grandes quantités d’électricité durant des jours, des semaines ou même des mois » et pourrait dans ces conditions contribuer à améliorer la flexibilité des réseaux électriques (en utilisant les surplus de production d’installations renouvelables).

L’Irena fait toutefois état des nombreux défis auxquels reste confrontée la filière de l’hydrogène « vert » pour participer à la transition énergétique mondiale, à commencer par ses coûts de production élevés (par rapport au procédé de vaporeformage de combustibles fossiles) et les besoins d’infrastructures associés. Selon l’Agence, l’hydrogène devrait ainsi jouer « un rôle modeste dans la prochaine décennie […] mais apporter une contribution substantielle à l’horizon 2050 », grâce aux futurs réductions de coûts attendues pour la production par électrolyse et aux progrès d’efficacité des électrolyseurs.

Selon les estimations de l’Irena(7)[10], l’hydrogène pourrait compter pour 8% de la consommation mondiale d’énergie finale à l’horizon 2050.



Source : https://www.connaissancedesenergies.org/hydrogene-perspectives-pour-les-energies-renouvelables-190930

Partager

Laisser un commentaire :