REUNIR : Se renouveler perpétuellement pour avoir toujours « un coup d’avance »

Via Réunir Via Réunir - il y a 9 mois

Cette année, trois chantiers majeurs nous préoccupent ; je ne peux ici détailler toutes nos pistes de travail ni développer les trois axes majeurs : nous renouvelons le référencement pour les années à venir (en créant un pôle technique, transition énergétique et environnement, et en recrutant un « acheteur »), nous lançons une marque commerciale (Saybus) dont le développement est confié à notre filiale Réunir FIT, nous accentuons nos efforts en direction de l’assistance à mémoire technique de nos adhérents, à travers la démarche RSE.


La démarche RSE que nous entreprenons à cet objectif. Assister les PME dans cette dimension technique est plus que jamais nécessaire, la concentration se poursuit dans le secteur, les défis augmentent, alors que, unis, on est plus forts. La qualité technique de la réponse est un des atouts majeurs des appels d’offres, à côté des éléments plus connus, comme le prix, les solutions innovantes qui découlent des investissements qu’il est aussi possible de réaliser en réseau. C’est encore le cas chez Réunir. Mais la démarche RSE a aussi des vertus managériales, j’y reviendrai. 

« Notre marque de fabrique : une amélioration continue des services offerts à nos adhérents »

 La « RSE » se définit comme l’intégration volontaire par les entreprises des préoccupations sociales, environnementales et économiques : dans leurs activités commerciales ; dans leurs interactions avec leurs parties prenantes (celles qui sont affectées par les décisions de l’entreprise et ses activités et plus généralement la société, il existe donc différents degrés à ce niveau-là). Une multitude d’initiatives privées ou publiques afférentes à la R.S.E. se sont développées depuis les 20 dernières années et notamment avec la norme ISO 26000 , élaborée en 2010, qui pose les lignes directrices afin de guider une entreprise qui veut adopter une démarche R.S.E. Les PME sont en effet en mesure d’adopter un comportement socialement responsable et à l’écoute de leurs parties prenantes ; cette dimension est dans leur « ADN ». De nombreuses pratiques relèvent de la RSE telles l’investissement dans le capital humain, la santé, la sécurité, le développement de pratiques écologiques responsables. 

« La démarche RSE ne fait pas forcément gagner des points, elle permet de ne pas en perdre ! »

 Mais une autre idée est importante : la démarche RSE est une démarche d’amélioration continue dans un contexte où les donneurs d’ordre deviennent de plus en plus exigeants, et exigent aussi plus de formalisme, et connaissent parfois moins les entreprises du secteur que les interlocuteurs historiques, communes et départements, c’est une conséquence directe de la loi NOTRE (pour le dire autrement, ce qui n’est pas établi lors des réponses n’est pas connu par le donneur d’ordre, au-delà même du fait que les réponses dans les appels d’offres sont jugées « sur pièce » et que tous les points de la notation comptent). Si pour le moment il s’agit de ne pas perdre des points, demain, sans doute, une telle démarche permettra de faire la différence, il faudra être prêt. 

Pour mémoire la démarche RSE a été lancée officiellement chez Réunir en décembre 2016 autour de plusieurs axes : 
• Permettre aux entreprises d’avoir une approche globale et structurée de l’ensemble des actions qu’elles peuvent avoir sur les différentes thématiques liées à la RSE 
• Redonner du sens à travers des enjeux clairement identifiés • Valoriser les bonnes pratiques existantes 
• Construire une démarche pragmatique, réaliste et opérationnelle 
• Se doter d’un outil d’évaluation RSE fiable et robuste. 

Elle a abouti à un « référentiel RSE REUNIR » unique en son genre et dans le secteur. 


Eric Ritter pour Mobilités Magazine Autocar
Partager

Laisser un commentaire :